E87EF73A-0E30-4846-803B-0C74938A9C79Quand on est expatrié à Jérusalem, le premier contact qu’on a, en général, avec le couvent de Beit Jamal, c’est au marché de Noël, où leurs céramiques sont toujours les premières à partir. Souvent, la deuxième étape est d’aller pique-niquer dans la verte campagne alentour. Et puis, un jour, on vous propose une visite groupée pour une rencontre avec ces sœurs du silence. 

A44BCD36-FF52-4E8F-9377-DDEB23DCE294Un prêtre nous ouvre d’abord les portes de l’Eglise de Saint Stéphane, considéré comme le premier martyr chrétien, cachée derrière le bâtiment principal et bâtie sur les restes d’un édifice byzantin, dont on peut découvrir les restes des mosaïques sur la façade extérieure.

8B4BB61E-7D73-4903-95E4-06660948DA80 FE9A61CF-37F4-4EBF-93FA-0E7B90641985

A6EC4F2A-C093-441A-8AE4-061234AB4C8E

4E46D4C6-82F8-4AFF-841D-8D589D693330

CDA1F523-FB0C-4A1E-BFD1-BE04B17E2CC8Ensuite, la jeune sœur française O., encore novice (seulement trois ans d’engagement, restent deux ans pour finir son apprentissage) nous accueille dans le couvent proprement dit, pour nous guider elle a exceptionnellement le droit de rompre le silence. Sinon, les discussions entre elles ne sont possibles que les dimanches, jours de sortie en dehors des murs, 

On pénètre d’abord dans une synagogue dont la présence fait preuve de l’ouverture des lieux, notre guide nous fait remarquer que les Juifs et les Chrétiens croyant en un même dieu, il est naturel d’avoir un lieu où leurs voisins juifs-israéliens puissent venir prier. Une guesthouse est également accolée au couvent. Ensuite, nous découvrons la chapelle, où chaque sœur a sa place dans ces sortes de cases en bois.

 14394993-8937-458B-8D89-11AFB2322083  7EEBF741-D49F-4383-B806-E95A0412F772

Un film, présentant le déroulement d’une journée nous est par la suite diffusé : leur vie s'organise entre prières, études (religieuse mais aussi de langues ou ce qui les intéresse), jardinage, cuisine,bricolage et peinture sur céramique bien sûr. Après cette projection et observation du tableau ci-dessous, je me dis que cet engagement correspond à l’abandon de tout choix : choix de sa tenue, choix de son emploi du temps, choix de son repas... Et qu’il y a peut-être un certain confort dans tout cela. 

7CB4BE5B-5B26-41FC-B006-24D0784349FCEt puis sœur O. nous installe autour d’elle, dans un salon où nous attendent limonade et cakes. Et là, elle nous raconte longuement son parcours et surtout son engagement. Elle a aujourd'hui 27 ans. Il y a quelques années, alors que, elle et ses amies, sont en classe préparatoire, elles décident, pour préparer leur concours dans des conditions optimales, de se couper de toutes les distractions telles que l'accès aux réseaux sociaux, auxquels soeur O. nous avoue qu'elle était complétement addict. A l'issue de cette retraite de quelques jours, elle prend conscience que cet isolement lui manque. Elle a alors un petit ami avec qui elle est très épanouie, elle a été baptisée bébé et a fait sa communion mais n'a pas eu une éducation particulièrement religieuse ; dans sa famille, personne n'est religieux. Pourtant, elle doit rapidement admettre que, selon ses propres mots, elle sent un feu qui brûle en elle, ce feu c'est l'amour qui s'est déclaré en elle pour dieu, elle nous révèle que pour la première fois, elle découvre ce qu'est le véritable amour. Elle en parle à son entourage qui ne comprend pas, sa maman est en colère, sa petite soeur de 16 ans, aujourd'hui encore, ne l'admet pas. Le lendemain de notre visite, cette dernière doit venir lui rendre visite. Soeur O. nous confie que le plus dur est de lui faire comprendre que ses journées ne sont pas une longue répétition mais que chaque jour ses conversations intimes avec dieu les rendent uniques. En l'écoutant, avec, il faut le dire, beaucoup de fascination, tant cette jeune femme respire la sérénité, la paix, tant elle rayonne, je suis interpellée et finis par concevoir que, peut-être cette vie est, contrairement à ce que je pensais après le petit film, un choix à renouveler chaque jour. Son père, lors de sa visite, lui a d'ailleurs concédé "qu'il ne l'avait jamais vue autant elle-même"... J'aurais pu passer ma journée à écouter cette jeune femme, tellement son histoire me bouscule, je ressors frustrée de n'avoir pas le temps de finir de poser toutes mes questions : je me sens à la fois si proche de cette jeune femme par son parcours initial et tellement éloignée de sa quête initiatique.

Fascinante rencontre !