Prendre les transports en Israël, c'est forcément source de "grrr, aargh, ourgh !", on te bouscule, te passe devant, ne te laisse pas sortir ou entrer, en fait, c'est comme quand tu fais sagement la queue : tu n'existes pas ! Pendant très longtemps, j'étais très frustrée de ne rien pouvoir dire et j'ai très vite espéré le jour où je pourrais enfin exprimer toute cette frustration en anglais. Hé bien, ça y est ! En cette quatrième année,  je peux officiellement dire que j'arrive à m'énerver en anglais !

Cerise sur le gâteau : j'ai même appris à hurler le fameux "NAAAAG" (la transcription est certainement très éloignée du mot hébreu, mais je vous assure que, quand je le crie du fond du bus, je suis comprise, même si peu souvent exaucée: le chauffeur de bus non plus, n'admet pas que tu existes...), qui permet de faire remarquer de manière très délicate, au conducteur qu'il a omis d'ouvrir la porte.